|

3.1.2. Produire des données de qualité et interopérables

1 Laisser un commentaire sur le bloc 1 0

L’Abes a mis en place divers univers documentaires qui se relient progressivement les uns aux autres dans le Sudoc, dans IdRef, dans Theses.fr, dans BACON. Nous progressons dans le croisement des données entre elles qui permette une interopérabilité complète, qui elle-même facilitera la gestion de leur qualité.

La qualité est une notion relative, évolutive, à instruire à l’aune des usages ou des services qui exploitent les données. Ainsi pour les thèses, par exemple, c’est l’exploitation des données de thèses du Sudoc dans Theses.fr qui a conduit l’Abes à être plus exigeante sur la qualité des notices de thèses dans le Sudoc.

2 Laisser un commentaire sur le bloc 2 0

Action 2 : confirmer le rôle du Sudoc comme pivot du système d’information documentaire – Priorité 1

Quoi : tous les établissements membres de nos réseaux créent et gèrent leurs ressources documentaires dans un espace commun, le Sudoc, leurs métadonnées pouvant être en LRM ou dans les formats MARC.

Les données du Sudoc décrivent l’ensemble des ressources documentaires payantes ou gratuites, en accès contrôlé ou ouvert. Elles alimentent les bases de connaissances locales, et les outils de découverte ainsi que les moteurs de recherche, car grâce à leur qualité et leur disponibilité, elles sont la référence dans les univers documentaires.

Les données locales relatives aux exemplaires et aux accès sont intégrées dans les interfaces de recherche et permettent aux utilisateurs d’accéder facilement aux articles ou aux chapitres en texte intégral, ainsi qu’à la commande de documents.

L’industrialisation des imports et des échanges de données entre Sudoc, systèmes locaux et réservoirs de données externes, est un travail de longue haleine, que l’Abes a entamé dès les années 2010, avec le projet Hub de métadonnées et le lancement en 2014 de la base de connaissances BACON. Il a vocation à s’amplifier avec le déploiement des solutions SGBm dans les établissements, qui conduit à :

  • Réaliser des transferts réguliers en temps quasi réel entre Sudoc et systèmes locaux ;
  • Livrer systématiquement toutes les mises à jour dans le Sudoc livrées aux systèmes locaux ;
  • Remonter dans le Sudoc l’ensemble des données locales ;
  • Livrer à tous les établissements les fichiers d’autorités liés aux données bibliographiques.

A cela s’ajoute l’ambition de proposer un outil de catalogage full web en format IFLA-LRM.

A terme,  les innovations et nouvelles règles issues du déploiement des SGBm ont vocation à être mises à disposition des autres SI, pour le bénéfice des établissements membres de nos réseaux et pour celui de l’Abes.

Quand : 2018 – 2022

Bénéfices attendus :

  • La rénovation des interactions entre les SIGB et le Sudoc, initiée grâce au projet SGBm, permet d’élever le niveau de signalement des ressources électroniques dans les établissements, tout en réduisant la charge de catalogage courant ;
  • La mise à disposition d’une base de connaissances, et le passage systématique au modèle « toutes mises à jour » pour les données du Sudoc chargées dans les systèmes locaux ;
  • La conjonction de ces évolutions techniques avec les processus de signalement total, l’importance donnée désormais au travail sur les référentiels, ainsi que les changements plus profonds induits par la transition bibliographique créeront les conditions favorables à la transformation de l’organisation des équipes dans les établissements.
3 Laisser un commentaire sur le bloc 3 0

Action 3 : Renforcer l’interopérabilité d’IdRef avec d’autres référentiels d’entités – Priorité 1

Le réservoir de données mis en place par l’Abes constitue un ensemble de jeux de données reliés les uns aux autres, dont le système de gestion permettra la production, la curation, l’exposition, la fourniture d’entités (autorités personnes, familles, collectivités…) produites par les professionnels membres des réseaux de l’Abes.

Ce service doit faciliter le liage à d’autres référentiels externes jugés fiables et pertinents pour la communauté de l’ESR (ISSN, RNSR, ScanR, DOAJ, PACTOLS …) sous réserve de leur ouverture juridique et technique.

La meilleure interopérabilité entre les référentiels peut se définir comme :

  • L’alignement d’identifiants ;
  • Les enrichissements – éventuellement réciproques –  de la description des entités existantes ;
  • La création de nouvelles entités.

Quoi : rendre IdRef interopérable avec les référentiels utiles pour l’ESR français : selon les cas, aligner les identifiants, enrichir l’existant et améliorer la couverture d’IdRef afin de répondre aux besoins des professionnels.

Quand : 2018-2019

Bénéfices attendus :

  • Une meilleure gestion de l’identité numérique des chercheurs : IdRef tend à l’exhaustivité du signalement des enseignants-chercheurs de l’ESR, ne serait-ce que parce qu’il est utilisé à l’occasion du signalement des thèses de doctorat. L’identifiant IdRef est un identifiant pivot pour relier les différents identifiants de chercheurs, entre eux et avec leurs listes de publications (alignement avec IdHAL, ORCID, etc.). IdRef pourrait aussi être utilisé comme identifiant pivot au sein du système d’information local d’un établissement ;
  • Une cartographie des gisements documentaires, dans le cadre de Collex-Persée : le référentiel Abes des Centres de ressources décrivant les établissements documentaires (identifiés par leur numéro RCR) construit avec le CCFr servira à la cartographie des ressources disciplinaires initiée par Collex-Persée.
  • Une meilleure visibilité de la recherche produite en France : l’action de l’Abes dans le cadre d’une politique nationale d’utilisation d’ORCID au sein de l’ESR et sa maîtrise des processus permettent d’enrichir, avec les données ORCID notamment, les données de publication CONDITOR et les données IdRef et HAL, et ainsi de disposer à l’échelle nationale d’un référentiel cohérent, enrichi et sécurisé, concernant tous les chercheurs identifiés.
4 Laisser un commentaire sur le bloc 4 0

Action 4 : Initier la production nationale d’autorités dans le FNE, dans le prolongement d’IdRef – Priorité 1

Le Fichier national d’entités est un projet conséquent mené par la BnF et l’Abes. Sa concrétisation sera décidée au courant du mois de juin 2018 par le Comité stratégique bibliographique.

Objectifs :

  • Permettre la co-production au sein d’une base de données commune de toutes les entités de référence (œuvres, expressions, agents, sujets…) utiles aux professionnels des organismes dépositaires de collections documentaires en France ;
  • Mutualiser la production d’entités désormais régie par une gouvernance stratégique, scientifique et technique commune, concrétisant une mise en œuvre collective du programme de Transition bibliographique.

La mise en œuvre du FNE pourrait commencer en 2018 pour aboutir en 2022 ou 2023.

5 Laisser un commentaire sur le bloc 5 0

Action 5 : Curation des données : donner aux catalogueurs les outils et les méthodes adéquats – Priorité 1

Quoi : développer les interfaces et les outils de gestion de la qualité, basés sur les acquis du projet ANR Qualinca et l’apport des nouvelles technologies, pour permettre aux correspondants autorités et aux catalogueurs d’analyser, de repérer et de gérer par lots leurs données bibliographiques et d’autorité, ou encore les liens entre elles, ainsi que leur qualité.

Quand : 2018-2020

Bénéfices attendus :

  • L’utilisation accrue de l’identifiant IdRef permet de développer la sensibilité à la qualité des données et de promouvoir les principes de la curation auprès des professionnels, ce qui augmente l’effort collectif de curation et engendre un cercle vertueux ;
  • La qualité du Sudoc s’améliore de jour en jour, notamment sur les données propres à l’ESR (autorités, thèses, …) ;
  • Le temps consacré à ces opérations par les professionnels est jugé utile et est valorisé par l’encadrement et par les agents dans les établissements.
6 Laisser un commentaire sur le bloc 6 0

Action 6 : Patrimoine : relier données descriptives interopérables en EAD et bibliothèques numériques – Priorité 2

Quoi : mettre au point les recommandations, les méthodes et les outils permettant de relier les descriptions hiérarchisées et archivistiques aux bibliothèques numériques patrimoniales et à d’autres réservoirs structurés de signalement (bases de connaissances, bases documentaires…). Ce lien constitue un enjeu fondamental pour la pérennité des archives numériques (qu’elles soient numérisées ou nativement numériques) qui pourront ainsi bénéficier d’outils de description scientifique adéquats.

Quand : 2019-2020

Bénéfices attendus :

  • Lors de la création d’une archive numérique, le module de description EAD est directement disponible ;
  • Une archive numérique construite et gérée avec un outil utilisé dans l’ESR peut être reliée à un instrument de recherche en EAD décrivant le même fonds ;
  • L’Abes dispose d’outils de modification de masse des données en EAD, permettant notamment de faciliter la génération de liens entre archives numériques et descriptions archivistiques.
7 Laisser un commentaire sur le bloc 7 0

Action 7 : Développer des compétences en TDM/analyse statistique pour gérer la qualité des données et produire de nouveaux services – Priorité 3

Quoi : développer des compétences en extraction de contenu pour enrichir les métadonnées et faciliter leur curation.

Quand : 2021-2022

Bénéfices attendus :

  • Capacité à mesurer l’opportunité de l’adoption des technologies de TDM ;
  • Mieux connaître et utiliser les outils de datavisualisation ;
  • L’Abes est partenaire des acteurs nationaux du TDM et peut leur proposer des données répondant à leurs attentes.
Page 10

Source :https://2022.abes.fr/3-1-2-produire-des-donnees-de-qualite-et-interoperables/