|

3.1.1. Renouveler l’outil central de l’Abes

1 Laisser un commentaire sur le bloc 1 0

Action 1 : Créer un nouveau système de gestion de métadonnées pour davantage d’échanges et de services – Priorité 1

Quoi : Concevoir l’architecture technique renouvelant et pérennisant à partir de 2022 l’infrastructure actuelle mise en place depuis l’origine de l’Abes. Le réservoir de données que nous construisons est la contribution de l’Abes et de ses réseaux au développement du « Giant Global Graph » (Tim Berners Lee) de la science ouverte. Cette ambition d’un espace public des données, libres et de qualité est par définition une entreprise collective, à l’échelle nationale et internationale.

La constitution de ce réservoir requiert un nouveau système de gestion des métadonnées, qui articule mieux les applications, les circuits de traitements automatisés et les données existantes : Sudoc et Colodus, IdRef, applications de gestion des thèses (Star, Step, theses.fr), BACON, Hub de métadonnées, Calames.

La gestion des métadonnées est étendue désormais aux imports, agrégation/intégration de données internes ou externes, retraitements automatiques, curation et création, et exposition en vue de la réutilisation. A côté du catalogage à l’unité, ce nouveau système cherchera à mobiliser de manière encore plus efficace la force collective des réseaux de l’Abes, en leur offrant de nouveaux outils de traitement semi-automatiques des données, en complément des processus automatiques initiés par l’Abes.

En développant les flux de récupération et de traitement des métadonnées en provenance des éditeurs ou d’autres acteurs, il s’agit de trouver un équilibre conciliant quantité, qualité et rapidité, et permettant des améliorations progressives.

Cette recherche d’équilibre obligera à définir des priorités dans les données à traiter, et des critères de qualité explicites et alignés sur les besoins des utilisateurs.

2 Laisser un commentaire sur le bloc 2 0

Le système de gestion des métadonnées en 2018

Jusque-là, les services et outils produits par l’Abes ont été construits sur un socle constitué de deux bases synchronisées entre elles : la base maîtresse CBS correspondant au Sudoc « historique » et la base XML, qui en est une copie dans un format différent, servant à de multiples usages et applications.

3 Laisser un commentaire sur le bloc 3 0

Le nouveau système de gestion des métadonnées en 2022

Le concept du nouveau système de gestion des métadonnées en 2022 – et sa réalisation concrète à cette date si sa faisabilité est validée par les études préalables – s’appuie sur un socle technologique permettant d’ingérer par action humaine ou automatisée des métadonnées unitaires ou par lots, et de les rendre accessibles aux traitements, à la recherche et à la visualisation via des API.

Les types d’entités à gérer sont plus nombreux qu’avant : œuvre, expression, manifestation, item ; non livre ; livre, partie, chapitre ; périodique, volume, fascicule, numéro, article; collections éditoriales, catalogues complets d’un éditeur, bouquets commerciaux, corpus de notices importés (à géométrie variable) ; personnes ; structures de recherches, entreprises ; différents vocabulaires contrôlés, etc.

Cette variété exige un système de gestion des métadonnées souple et évolutif.

4 Laisser un commentaire sur le bloc 4 0

Quand : 2018-2022

Bénéfices attendus :

  • Chaque catalogueur habilité peut gérer l’ensemble des ressources documentaires et des entités concernant son établissement, quels que soient les supports, les modes d’acquisition ou d’accès à la ressource ;
  • Chaque utilisateur voit en temps réel l’ensemble des localisations et la disponibilité d’un document ;
  • Le signalement total, c’est-à-dire le chargement a priori de données répondant aux besoins des établissements est assuré de manière dynamique et en tendant à l’exhaustivité ;
  • Le format interne de stockage des données est compatible avec le modèle IFLA-LRM c’est-à-dire qu’il doit permettre d’appliquer les règles de catalogage RDA-FR élaborées dans le cadre de la transition bibliographique tout en maintenant l’UNIMARC et l’EAD en bibliothèque autant que de besoin ;
  • Le niveau de qualité des données est explicite et traçable, ce qui rend plus aisés et sûrs les chargements et les traitements de masse sur les données, ainsi que la curation manuelle ou assistée – l’algorithme propose les changements sur les données qu’il a sélectionnées, le professionnel les valide – via des interfaces ad-hoc, sur :
    • Les données bibliographiques et d’autorité, dans le modèle traditionnel ;
    • Les données d’entités WEMI (Work, Expression, Manifestation, Item) du nouveau modèle IFLA-LRM ;
    • Les liens et relations entre ces données.
Page 9

Source :https://2022.abes.fr/3-1-1-renouveler-loutil-central-de-labes/