|

1.1. Autoévaluation Hcéres

1 Laisser un commentaire sur le bloc 1 0

Introduction du rapport d’autoévaluation remis à l’Hcéres (juillet 2017)

Enjeux et perspectives

A l’issue de 5 années de réalisation de son projet d’établissement, concrétisé dans un contrat 2013-2017 particulièrement ambitieux, l’Abes s’est montrée capable de croître et de se diversifier, en réalisant la plupart de ses objectifs et en proposant de nouveaux services basés sur de nouvelles technologies. Le service fourni aux bibliothèques de l’ESR est apprécié et constitue une forte valeur ajoutée.

A l’origine fournisseur de solutions techniques permettant aux bibliothèques d’assurer le signalement des documents, l’Abes a développé une compétence d’agrégateur de données à la disposition des établissements et des communautés de l’ESR. Elle a développé pour cela des applications et des processus de traitement de masse, originaux et spécifiques. L’enjeu est aujourd’hui de consolider les bases techniques de tous les services et traitements, d’en optimiser l’exploitation, afin de pouvoir innover encore.

Les universités vivent elles-mêmes de fortes évolutions structurelles, pédagogiques, scientifiques, sociales, ce qui fait évoluer les pratiques professionnelles et les attentes des bibliothèques universitaires vis-à-vis de leur Agence. L’Abes connaît bien son réseau d’utilisateurs et mesure la rapidité des changements, et doit continuer à s’y adapter pour rendre des services utiles et attendus.

Dans un paysage de l’IST où les acteurs publics et privés sont nombreux, et où l’offre évolue rapidement, l’Abes occupe une place particulière en tant qu’opérateur national, de taille modeste, mais intervenant en relation avec d’autres acteurs sur des dossiers structurants d’importance cruciale (ex : catalogue collectif, licence nationale Elsevier, fichier national d’entités, ISTEX, …). L’adéquation des moyens aux missions, les règles de fonctionnement adaptées aux objets à traiter, les modalités de collaboration entre acteurs, la relation aux tutelles, demandent un pilotage dynamique et une adaptation continue de l’organisation, constituant un beau défi pour une structure administrative d’Etat.

Jusque-là, l’Abes a su le relever, grâce à l’engagement et à la compétence de son équipe, et au soutien de ses utilisateurs et de sa tutelle. Nous avons cependant atteint un seuil critique, en termes de missions attribuées, de services proposés, de technologies employées. De fait, une révision des statuts et du modèle économique de l’Abes pourrait s’avérer utile.

Page 3

Source :https://2022.abes.fr/1-1-autoevaluation/